Image
Top
Navigation

Espaces intuitifs

Artistes commissaires : Norbert Godon et Sophie Pouille

Artistes et chercheurs : Julien Discrit, Pierre Gallais, Jiri Kornatovsky, Jérémy Laffon, Konrad Loder, Jean Lilensten, Jérôme Pierre, Pierre-Alexandre Rémy, Linda Sanchez, François Zajéga Valentin Bacquié, Michael Berhanu, Eric Falcon, Nicolas Goudemand, Projet Hévéa, Timothée Jamin,
Institut Henri Poincaré, Carlo Rovelli

Au tout début du vingtième siècle, le mathématicien et physicien Henri Poincaré affirme que toute découverte scientifi que procède de l’intuition. Celle-ci consiste à « apercevoir d’un coup d’oeil l’ensemble d’un raisonnement », donnant accès aux « harmonies et relations cachées ». Selon lui,
la « sensibilité esthétique » est la source majeure de l’invention et de la découverte. Poincaré ajoute que les mathématiciens et les physiciens travaillaient « moins pour obtenir des résultats positifs que pour ressentir cette émotion esthétique, et la communiquer à ceux qui sont capables de l’éprouver ».

Afin d’inaugurer son nouveau cycle d’expositions autour des relations entre art et science, la Fondation pour l’art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon nous a invités à aborder cette question au travers d’un parcours qui associe des oeuvres d’art à des objets et documents scientifi ques. Nous nous sommes ainsi demandés en quoi une image pouvait constituer un support pour la pensée ; et d’autre part, comment était-il possible de donner corps à un raisonnement, à une hypothèse ou à
une suite de calculs sans réalité tangible. En somme, comment une pensée peut-elle se déployer
dans l’espace ?

C’est ainsi que nous nous sommes intéressés à ces schémas, arborescences, réseaux, figures géométriques ou topologiques qui investissent l’espace sensible pour activer la réfl exion, et permettre de mieux appréhender les phénomènes qu’ils considèrent. L’exposition, intitulée « Espaces intuitifs », s’intéresse alors à la manière dont les sensations sont sollicitées pour décrire des relations, que ce soit dans les sciences de la matière, du vivant ou dans les sciences humaines, qu’il s’agisse des relations qu’entretiennent des particules, des cellules, des individus ou des idées.

L’exposition propose un parcours en trois étapes. La première, intitulée Lignes, donne à voir comment de simples lignes suffi sent à fi gurer des liens logiques pour tisser des réseaux de relations. Dessinant des cartes conceptuelles, ces derniers permettent de mieux se repérer dans le domaine des idées.
La seconde, Surfaces, présente des images en deux ou trois dimensions qui proposent à la pensée
de suivre de véritables cheminements logiques. Sollicitant toutes les sensations liées à notre expérience du mouvement, ces surfaces invitent la réfl exion à se mettre en marche. Enfi n, Paysages s’intéresse aux représentations de données qui prennent la forme de paysages abstraits. Ces images cherchent moins à exprimer des théories qu’à faciliter l’accès à des ensembles de données si complexes qu’ils ne peuvent être appréhendés autrement.

OEuvres d’art ou documents scientifi ques, le statut des objets présentés dans ce parcours demeure souvent ambigu. L’enjeu était pour nous de créer des espaces de doute, de mise à distance, qui nous invitent à changer en permanence le point de vue que l’on porte sur les objets. Chacun d’eux pouvant être vu sous des angles très différents, ils peuvent ainsi représenter plusieurs choses en même temps. Les pratiques artistiques représentées ici n’envisagent donc pas les sciences comme une source d’images à exploiter pour leur potentiel esthétique. Elles considèrent plutôt le dialogue entre art et sciences comme un moyen de renverser certains lieux communs, comme cette croyance selon laquelle imagination et rigueur s’opposent, là où elles se complètent. Elles cherchent, au sens propre, à faire toucher du doigt l’idée selon laquelle la créativité est nécessaire à toute forme de recherche, supposant une importante part d’errance et d’incertitude.

Remerciements :
la Fondation Salomon, l’Association Formes élémentaires, Cécile Bargues, Aurélien Barrau, Lison Bernet, Julien Camp, Régis Goiffon, Vincent Groetzinger, Kenji Iohara, Atelier Lengaï, Anaëlle Pann, Cédric Villani, Jean-Philippe Uzan
Merci à la Galerie Anne-Sarah Bénichou

Photographies : ©Flora Fanzutti